Le Niwaki

NIWA signifie « jardin » et KI veut dire « arbre » en japonais. L’art du NIWAKI se rapproche de l’art du bonsaï, sauf que ce dernier se réalise en pot.

Au japon des maitres de la taille Niwaki,  enseignent cet art depuis des siècles traditionnellement dans les temples.

Voyager vers des sensations profondes

Transmise de génération en génération au Japon, la taille NIWAKI n’est arrivée en France que depuis quelques décennies.

Cette taille artistique est assez difficile étant donné qu’elle fait appel à la patience, au calme,  à l’observation et à d’autres qualités subtiles : notre recherche de la beauté, et de la sérénité.

Rassurez-vous, elle est tout à fait à la portée de tous si l’on veut bien suivre quelques règles de base.

Voici le fruit de mes quarante années d'observation et d’expérience. Cette vue est celle d'un jardinier pépiniériste occidental, amoureux de la nature.

Chacun peut apprendre en prenant beaucoup de plaisir. La passion de cet art peut nous pénétrer rapidement même si le résultat escompté n’est pas tout de suite au rendez-vous..

 


Le moment présent du cheminement est amplement plus satisfaisant que la précipitation et la recherche d'un résultat immédiat.

La taille NIWAKI nous pénètre lentement  à notre insu lorsque nous nous posons devant notre sujet, si nous ne sommes pas en attente d'un résultat parfait et immédiat.

L’implication dans la taille NIWAKI peut nous atteindre même si on ne coupe qu’une seule branche par jour. Pensez aux branches mortes qui tombent après chaque tempête hivernale au pied des arbres.

La contemplation et l'amour que l'on porte à la taille semblent arrêter le temps.

Le début du parcours commence par cela, par la prise de conscience de la lenteur devant notre ouvrage sans cesse inachevé.

Chemin faisant, après quelques interventions et plusieurs printemps, la taille NIWAKI nous investit tout en nous permettant de nous évader dans notre arbre.

Ce voyage nous gagne jour après jour et nous conduit vers des sensations profondes de bien être. Avec du temps et de la patience, nous créons une œuvre esthétique et décorative dont on peut être fier.

Force, Mouvement, Equilibre et Harmonie

Qu'est-ce qu'un Niwaki ?

AccueilAccueil.htmlContact_et_Vente.htmlshapeimage_11_link_0
Credit photo : yves brenelière-2014
Credit photo : yves brenelière-2014
Credit photo : yves brenelière-2014
Credit photo : yves brenelière-2014
Credit photo : yves brenelière-2014
Credit photo : yves brenelière-2014
Mon approcheMon_approche.html
Le Niwaki
Pinus densiflora 'Jane Kluis'Pinus_densiflora_Jane_Kluis.html
Technique de tailleTechnique_de_taille.html
Rempotage des pinsRempotage.html
Les Jardins d'YvesLes_Jardins_dYves.html
Pinus densiflora 'Tanyosho Compacta'Pinus_densiflora_Tanyosho_Compacta.html
Prunus lusitanica 'Brenelia'Prunus_lusitanica_Brenelia.html
Contact et VenteContact_et_Vente.htmlContact_et_Vente.htmlshapeimage_26_link_0

Jardin d'Yves. Machecoul (44)

Pinus densiflora Tanyosho Compacta 20 ans - Jardin d'Yves

Pinus sylvestris 'Waterérii' - Planté jeune en 1977- Première intervention de taille en 1988 - Jardins d'Yves -   'A chaque pas que le voyageur fait, ce pin semble se transformer pour livrer d'autres images de lui même.'

Stages de taille NiwakiStages_de_taille_Niwaki.htmlContact_et_Vente.htmlshapeimage_27_link_0

Beaucoup plus grand que le bonsaï, l'arbre taillé Niwaki est le plus souvent directement installé en pleine terre. Il peut être cependant mis en bac ou en grand pot,  sur une terrasse par exemple. Ceci  fait de lui l'apparence d'un grand bonsaï.


L'observation du Niwaki favorise en nous la méditation et la sérénité.


La taille Niwaki est un art basé sur le plein, le vide, la présence, l'absence ainsi que la transparence.


De par sa taille réduite nous rechercherons dans le Niwaki, installé dans un petit espace, tous les atouts que les grands arbres sont sensés nous apporter..(Voir la rubrique approche.)

L'arbre NIWAKI s'intègre aussi bien dans un espace design ou japonisant, que dans un jardin Anglais où sa rigueur contraste..

Pinus thumbergii - Parc  à Tokyo

LA FORCE

Observons le tronc. Si celui-ci est suffisamment gros à sa base, proportionnellement  à la hauteur de l’arbre, il procure une sensation de solidité et un bon ancrage au sol. Cette perception nous stabilise, nous rassure. Elle est le fondement indispensable qui établit une bonne prise de terre.


LE MOUVEMENT

Le tronc et ses branches en mouvement sont la danse de l’arbre NIWAKI. Cette souplesse que l’ont perçoit est directement liée aux aléas climatiques (vent, poids de la neige et des fruits, phototropisme). Grâce à sa force, l’arbre s’adapte à toutes ces contraintes et décrit de magnifiques courbes.












L’EQUILIBRE

Si le tronc et les branches sont en mouvement, l’arbre doit s’équilibrer. Les plateaux du NIWAKI seront horizontaux même si l’arbre est complètement  couché. Cet équilibre n’est possible que si l’arbre est fort. Pensons à un arbre planté dans un rocher vertical et qui se tient parfaitement à l’horizontal.


L’HARMONIE

Si les trois facteurs précédents sont présents (force, mouvement et équilibre), l’harmonie s’installe, aidée de la transparence, de la lumière, de la couleur puis du voyage. L’arbre NIWAKI est alors là sur place, et en même temps s’efface, s'il est transparent et que mon regard le traverse.


La transparence suscite le repos.


La transparence fait partie intégrante du NIWAKI. Elle est en rapport avec le plein et le vide. Je prends l’exemple d’une haie compacte dans laquelle je ferais un trou. Mon regard a le choix de s’arrêter sur la haie, ou de la traverser en fixant un autre plan qui se trouve bien au-delà de cette haie. Durant l’évasion du regard, ces successions de visions, proches et éloignées, nettes ou floues, sont très reposantes. Cette expérience peut aussi se faire en fixant un petit caillou sur le sol. Dans ce cas la vision nette est le caillou et la vision floue sera dans sa périphérie.

Ma vision est alors en trois dimensions.

Un autre exemple parlant, si je parcours une forêt épaisse composée d’arbres très rapprochés, je ressens instantanément une sensation d’oppression. A l’inverse une forêt éclaircie avec des arbres éloignés les uns des autres me donne un sentiment de liberté, me rassure et me repose.

De la même façon si je suis assis devant un arbre et que mon regard voyage à l'intérieur de sa structure en hiver, je peux ressentir les mêmes sensations agréables de sérénité.

Cette prise de conscience semblant très simple, est importante pour notre détente, si on sait s'arrêter et bien profiter des bienfaits de la transparence dans l'espace. Elle nous entraine à voyager dans notre arbre et au-delà de lui. 


Le voyage


Revenons au NIWAKI  où l’observateur devient  le voyageur et l’arbre taillé, le but du voyage. Lorsque le voyageur se déplace autour de l’arbre taillé, à chaque pas qu'il fait, l'arbre semble se transformer pour livrer d’autres images de lui même.


La lumière


La lumière fait naître les couleurs de chaque élément du Niwaki. Eclairés, tous ces éléments composants l'arbre deviennent  aussi importants les uns que les autres, que ce soit le tronc, les branches, les brindilles et le feuillage.                                                   

 

La beauté du NIWAKI devient l’aboutissement de l’œuvre.

Grâce  à la création de notre NIWAKI, nous pouvons vivre une expérience sereine profonde qui nous relie à notre source intérieure.   

        Y.B.


                                                                                                 




                                 SERENITE


                                             Regardons bien elle est en soi

                                                      C'est beaucoup mieux qu'au loin là bas

      Ce petit pas que je viens de faire

                                                    Est aussi grand que l'univers

              Il m'a fallu beaucoup de temps

                                                                  Pour retrouver ce beau diamant

                                    Je l'ai cherché dans mille endroits

        Je l'ai trouvé au fond de moi

                                           Ca n'est donné qu'à des vivants

                                                                            De la goûter en cet instant

        Elle n'est pas offerte aux puissants

                                                           Tous ceux qui n'ont jamais le temps

                        Car elle; elle n'est jamais pressée

                                                                          Vu qu'elle a toujours existé

        Si quelques fois je l'ai croisée

                                      Que je ne l'ai pas remarquée

                                                             C'est que mes yeux étaient fermés

                                 Et que mon coeur était blessé

         Ce vrai bonheur c'est comme le pain

                                                   Je ne le cherche que si j'ai faim

                         Et comment ne pas l'oublier              

                                          Lorsque mon coeur est rassasié

        Ami je n'ai qu'un seul moyen

                                             C'est de semer sur mon chemin..

            Y.B.


         


                                       

                                                                      

L'arbre est en soi